Histoires effrayantes de la route côtière de Points East
Le 27 octobre 2023 | Retour au blogue

Ce n'est peut-être pas la tasse de thé de tout le monde, mais ce blog s'adresse aux gens comme moi, à ceux qui aiment les histoires effrayantes autour d'un feu crépitant au clair de lune. Des gens dont l'imagination a tendance à devenir un peu déchaînée lorsqu'une figurine tombe d'une étagère et aucune partie d'entre eux ne se soucie de la science qui explique pourquoi elle est tombée. Ce que j'ai appris sur les insulaires, c'est que beaucoup aiment partager une bonne histoire entre amis, qu'il s'agisse de fantômes, d'histoire ou de ce que leur tante Maureen a fait après quelques cocktails de trop lors de la fête de Noël en famille.

En grandissant, j'ai adoré la montée d'adrénaline d'une bonne frayeur. Toutes nos soirées pyjama d'enfance impliquaient des histoires effrayantes, des planches ouija faites maison en papier et disant « Bloody Mary » trois fois, puis regardant dans le miroir de la salle de bain dans le noir. Ces soirées pyjama conduisaient souvent au moins un ami à appeler sa mère pour venir les chercher parce qu'ils avaient peur, mais nous ne pouvions tout simplement pas nous en empêcher. Aujourd’hui, je suis devenu un peu plus doux mais j’aime toujours m’installer confortablement sur le canapé avec quelques collations et regarder un film d’horreur.

À l’approche d’Halloween, j’ai pensé que ce serait amusant de partager quelques bonnes vieilles histoires de fantômes de l’Île-du-Prince-Édouard. Des classiques et d'autres peut-être un peu moins connus. Alors installez-vous confortablement avec un bon verre, allumez des bougies et éteignez les lumières. Il est temps de commencer.

 


Capitaine George

Nous connaissons tous le divertissement et les talents que les théâtres peuvent apporter. Qu'il s'agisse de films, de pièces de théâtre ou de musique, il y a quelque chose de magique à entrer dans un beau théâtre. Si vous recherchez du divertissement, vous pourriez être intéressé à consulter le Théâtre du Roi à Georgetown, à l'Île-du-Prince-Édouard. Cependant, un spectacle n’est peut-être pas la seule activité que vous vivez en franchissant ces portes. Le King's Playhouse est bien connu pour son activité paranormale. À tel point que les travailleurs de la lumière et les émissions de télévision étudiant le paranormal ont visité et capturé une activité paranormale à l’intérieur.

Le théâtre de Georgetown est l'un des plus anciens au Canada et serait hanté par un fantôme appelé capitaine George. Plusieurs personnes ont affirmé avoir eu une interaction avec le capitaine George lors d'une visite au théâtre. Problèmes d'éclairage et techniques, saisies, objets déplacés, ombres apparaissant sur les photographies, portes qui s'ouvrent, pas et voix.

L'esprit s'est fait connaître auprès de nombreuses personnes au sein de la communauté et c'est pour cette raison que le conseil municipal a voté pour le nommer Capitaine George. Le personnel qui travaille au King's Playhouse Theatre a même veillé à ce que le capitaine George ait son propre siège réservé pour chaque représentation afin de le garder satisfait.


Creux des Gobelins

Avez-vous déjà entendu parler du meurtre d'Annie Beaton ? Annie Beaton était une femme de 41 ans qui vivait sur Queens Road avec son frère Murdoch et son bébé d'un an sur une ferme de cinquante acres. Le 12 mai 1859, Ann avait rendu visite aux voisins à un kilomètre et demi de la route pour siroter du thé tout en discutant du torchon que sa voisine tissait pour son frère Murdoch.

Après le thé, Annie décida qu'il était temps de faire le court voyage de retour alors que le soleil commençait à se coucher. Il y a eu beaucoup de discussions sur la prudence et la nécessité de rester sur la route principale en rentrant chez elle. Ce n'était pas très loin, seulement environ un kilomètre et demi, mais une femme voyageant seule pouvait être dangereuse et il valait mieux rester bien en vue.

On ne sait pas quel a été son itinéraire exact, mais on pense qu'Annie a traversé le sanctuaire où elle a été brutalement agressée et assassinée. Son corps a été retrouvé à l'arrière de la ferme de son frère, dans le sanctuaire formé par la rivière Montague. Après le meurtre d'Annie, le site a été rebaptisé Goblin Hollow.

On dit maintenant que beaucoup de ceux qui sont entrés dans le creux rapportent avoir ressenti un sentiment troublant. Il y a eu des rapports faisant état d'une femme pleurant, criant et gémissant en entrant dans Goblin Hollow, ainsi que de personnes éprouvant un silence étrange et abrupt qui a suffi à les faire se retourner.

L'Alouette Wookal

Avez-vous déjà roulé sur un long chemin de terre et n'avez-vous pas pu vous empêcher de vous sentir observé ? Avez-vous déjà été dans les bois et entendu le claquement des brindilles et des feuilles derrière vous ? Dans l’est de l’Île-du-Prince-Édouard se trouve un endroit connu des habitants sous le nom de The Glen. Le Glen est un endroit à couper le souffle abritant un ruisseau d'eau douce et entouré de grands et beaux arbres.

Bien que magnifique, on dit que dans les bois du Glen vit une créature terrifiante appelée Wookalark. On dit que cette créature est moitié homme, moitié cochon et ses yeux brillent de rouge dans les arbres. De nombreux habitants ont organisé des fêtes dans les bois de Glen et ont affirmé avoir entendu des bruits, vu des yeux rouges briller dans la nuit ou avoir vu des pièces de leur voiture cesser de fonctionner, pour ensuite recommencer à travailler une fois sortis.

Une locale a raconté l’histoire de ses jeunes années à Glen. Elle quittait une fête vers 3h30 du matin lorsqu'elle a regardé en arrière et a vu ce qui ressemblait à une paire d'yeux rouges brillants la fixant depuis les bois. Elle resta assise là, figée par la peur, pendant deux minutes, étudiant les yeux et essayant de leur donner un sens. Ils n’étaient pas à la hauteur d’un animal, c’était plutôt à la hauteur d’un humain. Le problème, c'est que les yeux des humains ne brillent pas en rouge. Elle quitta le Glen en courant avec les portes verrouillées et ne se retourna pas. Était-ce un humain ? Ou était-ce un mi-homme, mi-cochon qui l'observait de loin ? Je ne pourrais pas vous le dire, mais je dirai que j'ai visité le Glen seul il n'y a pas longtemps et que connaître ces histoires suffisait à me faire flipper et à me faire vérifier mon dos à chaque fois que j'entendais un craquement dans les feuilles. Disons simplement que j'étais reconnaissant de m'en sortir avec ma voiture en un seul morceau.

La dame des marais

Sur la route où Bayfield et Rock Barra se rencontrent, il y a eu de nombreuses observations d'un fantôme connu sous le nom de Swamp Lady qui vit dans les bois.

L'une des premières rencontres avec la dame des marais a été faite par un homme nommé Alec « Little Johnny » MacDonald qui résidait à Bayfield. Une nuit, il traversait le marais sur son cheval et son buggy et lorsqu'il regarda à ses côtés, une femme l'accompagnait. Il a continué son voyage et lorsqu'il s'est retourné vers le siège à côté de lui, la femme avait disparu.

À la fin des années 70, Donald et Elaine MacGregor se sont mariés et ont vécu ensemble à Bayfield, à l'Île-du-Prince-Édouard. MacGregor avait vécu toute sa vie dans la Baltique orientale et n'était pas familier avec les histoires de fantômes sur la dame des marais.

Par une chaude soirée d'été, Elaine jouait aux cartes chez un bon ami à Rock Barra et Donald a décidé qu'il voulait le rejoindre. Sa femme avait le véhicule, alors il a décidé de marcher et de la retrouver là-bas. Il est parti car il ne s'agissait que d'un trajet de dix minutes à pied.

Alors qu'il approchait de la moitié du grand marais, Donald remarqua une femme fantomatique au loin. Elle était vêtue d'une longue robe blanche et restait très immobile alors qu'elle regardait Donald se diriger vers elle. Donald ne sentait pas que la femme en robe blanche était dangereuse, mais en même temps il éprouvait toujours un sentiment troublant. À la seconde où il l'a dépassée, il a couru aussi vite qu'il a pu vers la maison du voisin et ne s'est pas arrêté jusqu'à ce qu'il soit arrivé à l'intérieur avec la porte fermée derrière lui.

Il s'appuya contre la porte, essayant de reprendre son souffle. Elaine lui a dit qu'il avait l'air aussi pâle qu'un fantôme. Donald a répondu: "Je pense que je viens d'en voir un." Lorsque Donald s'est calmé, les voisins lui ont raconté les histoires de la dame des marais qui vivait dans cette région et il savait que c'était exactement celle qu'il avait rencontrée au cours de ses voyages.

 

Assez intéressant, notre propre directrice générale, Lori MacGregor, a un lien avec cette histoire effrayante ! Son oncle était Alec MacDonald et son mari Mark, le neveu de Donald MacGregor !

Cimetière de Scotchfort

L’histoire de Peter MacIntyre est transmise de bouche à oreille depuis le jour où elle s’est produite. C'était fin octobre lorsqu'un groupe d'hommes était assis ensemble dans la petite cabane du magasin de campagne. Ils ont partagé des histoires effrayantes et des événements mystérieux dont ils avaient entendu parler dans la chaleur du petit magasin.
Peter MacIntyre est arrivé, c'était un grand homme et les autres hommes lui ont fait de la place pour qu'il se joigne à eux tout en continuant à discuter. Ben Peters a commencé à raconter l'histoire de la boule de feu qu'il avait vue dans l'ancien cimetière français de Scotch Fort. Il l'a décrit comme une boule de feu géante qui dansait sur les tombes et illuminait tout le cimetière. Peter a ri de cette histoire, il ne croyait pas à cette boule de feu dont Ben Peters avait parlé. En fait, il a décidé qu'il traverserait ce cimetière ce soir-là pour le leur prouver. Il affirmait qu’il y avait plus de démons à craindre parmi les vivants que parmi les lieux de repos des morts.
Un pari a été placé avec le prix d'une livre de tabac. Il fut décidé que Pierre devrait entrer seul dans le cimetière et planter une fourche à foin dans une tombe pour prouver qu'il y était allé. Il était tard et alors que Peter commençait sa quête, le reste des hommes rentrèrent chez eux impatients d'entendre parler de ses aventures du matin.
Le lendemain matin, il n'y avait aucune trace de Peter nulle part et son bétail semblait n'avoir pas été nourri. Ce n'était pas normal pour Peter, alors les hommes se mirent à sa recherche, sans parler du pari aux autres. Alors qu'ils approchaient d'une tombe, la fourche à foin dépassait du sol et Pierre gisait mort autour d'elle. La fourche à foin transperça la queue de son long manteau noir.

Le trésor caché du capitaine Kidd

Le capitaine Kidd était l'un des pirates les plus célèbres de son époque, né en Écosse en 1645. Son nom est bien connu sur l'île en raison de l'histoire de son trésor volé enfoui. Le capitaine Kidd a ordonné à son équipage de prendre le contrôle du Quedagh Merchant, un navire arménien de 500 tonnes transportant de l'or. Le navire était mal protégé et il fut très vite pris sous le contrôle du capitaine Kidd et de son équipage.
Le capitaine Kidd fut pendu le 23 mai 1701 lorsqu'il fut reconnu coupable de piraterie. Il a été pendu dans une cage au-dessus de la Tamise à la vue de tous. On raconte que le capitaine sentait que sa mort était une possibilité probable et qu'il avait donc pris des dispositions pour que tout son précieux trésor soit enterré avant d'être tué.
On dit que ses richesses ont été enterrées à Bay Fortune, à l'Île-du-Prince-Édouard. Au fil des années, de nombreux chasseurs de trésors ont recherché le trésor du capitaine Kidd, mais aucun n'a eu de chance malgré le nom contenant le mot Fortune. On dit que ces affirmations ne sont pas complètement hors de propos pour la mystérieuse région de Fortune, connue pour son histoire sombre et inexpliquée.
On sait que des fantômes hantent les bois sombres de la région et le cercueil flottant de Charles Coghlan a réussi à se frayer un chemin jusqu'aux rives de Bay Fortune. Le cap Abel doit même son nom à un meurtre survenu entre Patrick Pearce et Edward Abel en 1819.


Le vaisseau fantôme du détroit de Northumberland

Beaucoup connaissent les histoires autour du navire fantôme du Northumberland Straight, également connu sous le nom de navire fantôme enflammé. Quand j'étais petite, je me souviens que mon grand-père me racontait son expérience en le voyant. J'étais émerveillé. Très souvent, depuis notre chalet familial sur South Lake, je regardais les bateaux éparpillés sur l'eau. Je pouvais voir les lumières sur les navires, mais je cherchais toujours ce scintillement, ce vaisseau fantôme couvert de flammes. Malheureusement, je n'ai jamais pu le voir par moi-même. Pas encore en tout cas.
La toute première observation documentée remonte à 1786. Le gardien du phare affirmait avoir vu une goélette à trois mâts prise dans le vent du nord-est. Il se rapprochait de plus en plus des rochers au pied de la falaise, sans aucun espoir en vue. Il semblait trop tard et puis, comme par magie, le navire s'est retourné et s'est dirigé directement vers la tempête et a disparu hors de vue.
On dit que le vaisseau fantôme est un avertissement en cas de tempête ; on sait qu'il apparaît avant un vent du nord-est. Des ventes d'un blanc éclatant qui s'enflamment et éclairent rapidement les eaux sombres sous les yeux chanceux des insulaires depuis la terre ferme. On raconte qu'un groupe de marins a vu un jour le navire qui avait pris feu et a regardé les membres de l'équipage grimper sur les mâts et courir autour du pont inférieur pour tenter d'éteindre l'incendie. Les marins se sont dirigés vers le navire, prêts à aider les victimes, mais à mesure qu'ils se rapprochaient, ils ont vu le navire disparaître.
L’histoire du Flaming Ghost Ship est populaire depuis aussi longtemps que je me souvienne. En 2014, Postes Canada a même émis un timbre spécial dans le cadre d'une série de timbres Canadian Ghost Story publiés le vendredi 13.
Si vous souhaitez découvrir certaines de ces histoires plus en détail, voici quelques-unes de mes références :
En ligneWatson, J. (1988). Histoires de fantômes et légendes de l'Île-du-Prince-Édouard. Presse Dundurn.
L'étrange cas du trésor du capitaine Kidd. (2017 février 23). Moyen. https://medium.com/@naufrage/the-curious-case-of-captain-kidds-treasure-5972e24f71df

Ashley MacDonald est une écrivaine indépendante née en Nouvelle-Écosse qui a commencé à utiliser son amour pour l'écriture et la photographie comme forme de thérapie pendant le traitement du cancer de son fils. Elle a continué à écrire après son décès en octobre 2019 afin de contribuer à garder son histoire vivante, de guérir son cœur et de partager son expérience de chagrin et de chagrin avec d'autres personnes qui pourraient être en difficulté. Elle a obtenu un baccalauréat en sciences des loisirs de l'Université Dalhousie en 2014 et a déménagé à l'Île-du-Prince-Édouard en 2020 à la recherche de confort et de simplicité.