L'histoire du rhum et des Nellie J. Banks
Le 3 novembre 2023 | Retour au blogue

Avez-vous déjà visité la belle Nellie's Landing à Murray Harbour? Une marina pittoresque dans le village pittoresque et abritant une vingtaine de bateaux de pêche. Sa proximité avec le détroit de Northumberland en fait un lieu de séjour pratique pour de nombreux plaisanciers. Il appartient au couple dynamique, Jen Smith et Calvin Fraser, qui ont repris la marina en 20 alors qu'ils cherchaient un moyen de déménager définitivement dans leur endroit heureux à Murray Harbour. Après avoir repris la marina, ils ont fait un effort supplémentaire et ont installé deux péniches et deux tonneaux de vin qui ont été transformés en hébergements directement sur l'eau. Je n'ai pas pu m'empêcher de rire en entendant Calvin parler de Jen qui avait trouvé la première péniche sur le marché et en entendant ses projets, vous pouvez dire que ces deux-là ne manquent pas de créativité. Vous passez la nuit à flotter sur l'eau dans une chambre confortable au thème nautique dans un grand lit douillet avec une fenêtre donnant sur Nellie's Landing. Les tonneaux sont dotés de quais construits à partir desquels vous pourrez prendre un verre et admirer la vue avec vos proches. Si vous êtes allé à Nellie's Landing, vous vous êtes peut-être demandé d'où la marina tire son nom.

Vous souvenez-vous des histoires des Rum Runners et des contrebandiers à l’époque ? En 1926, le Nellie J. Banks a été acheté par deux hommes qui pensaient que ce serait une excellente idée de faire passer de l'alcool en contrebande sur le bateau, car l'Île-du-Prince-Édouard était alors sous le coup d'une interdiction. L'Île-du-Prince-Édouard a été la première province au Canada à maintenir des règles aussi strictes concernant l'alcool. En 1901, l’Île-du-Prince-Édouard a interdit la fabrication, la vente ou la possession d’alcool. Les médecins pouvaient le prescrire aux patients dans le besoin, mais c'était strictement illégal en dehors du cabinet du médecin. Beaucoup de gens considéraient l'accès à l'alcool comme une nécessité de la vie et c'est à ce moment-là que les coureurs de rhum et les contrebandiers sont entrés en scène. Les difficultés financières étaient réelles et les gens cherchaient toujours différentes façons de gagner de l’argent.

Le Nellie J. Banks était un navire bien connu avec un capitaine tout aussi connu, le capitaine Edward Dicks. Il s'agissait d'une goélette à deux mâts construite en 1910 par Alfred Banks en Nouvelle-Écosse et lancée pour la première fois le 21 octobre 1910. La goélette a été conçue et utilisée pour la pêche jusqu'en 1926, mais le capitaine Edward Dicks avait d'autres projets pour le navire, il pensait que ce serait parfait pour faire couler du rhum.

Le navire veillerait à rester à 3 milles du rivage, juste à l'extérieur des limites de l'île. Ils s'assureraient d'accomplir cette mission dans l'obscurité de la nuit et feraient naviguer leurs clients sur des barques jusqu'au navire pour éviter de s'approcher trop près du rivage et de pénétrer dans les limites. Cacher la cargaison était tout aussi important que de l'introduire. Les gens cachaient le rhum dans les bois et dans les fûts vides qui servaient à saler le maquereau. Ils cachaient la cargaison sous la morue des navires ainsi que dans les sillons d'un champ labouré. De nombreux fûts étaient également cachés autour des fermes, dans les porcheries et sous les planches des stalles des taureaux. Partout où la police ne pensait pas à regarder, elle pensait à tout.

Cette activité secrète s'est poursuivie jusqu'en 1938, lorsque le gouvernement a modifié la limite à douze milles sans en informer quiconque. Le navire se trouvait à environ 6 milles des côtes de l'Île-du-Prince-Édouard, de sorte que le Nellie J. Banks ne l'a pas vu venir. L'ULNA a hissé le signal international « OL » qui signifie « STOP ». Le coup de sifflet du navire Cutter de la GRC a retenti à trois reprises. Un coup de feu à blanc a été tiré et le Nellie J. Banks a été remorqué jusqu'à Charlottetown et ce fut la dernière fois qu'il a été confisqué. Le navire et toute sa cargaison ont été saisis.

Le Nellie J. Banks fut finalement vendu et le nom fut changé pour Leona G. Maguire en 1941, du nom de la fille du nouveau capitaine. En 1947, elle fut amarrée de façon permanente à Murray Harbour et quelques années plus tard, on dit que la goélette était trop une horreur, alors Maguire décida qu'il était temps de la sortir de l'eau et de la reconstruire. Il voulait redonner vie au fameux navire.

Un homme nommé John MacDonald a été choisi pour effectuer ce travail. La goélette a été retirée de l'eau et placée près de son domicile à Murray River, à l'Île-du-Prince-Édouard. Malheureusement, l'argent n'est pas arrivé assez vite pour effectuer toutes les réparations nécessaires et l'état du navire s'est détérioré avec le temps. Le terrain sur lequel il était calé en attendant sa rénovation a été vendu et le nouveau propriétaire foncier, Joe Bell, a reçu la permission du capitaine Maguire de brûler le bateau alors qu'il s'effondrait. Une chose déchirante à faire après avoir entendu les récits des aventures de Nellie J. Banks, mais il s'agissait d'un ornement de pelouse plutôt grand et disgracieux laissé à pourrir.

En 1953, Joe Bell sortit avec des chiffons huileux, des journaux et des allumettes pour sortir la vieille fille de son malheur. Bien que la goélette soit morte sous le nom de Leona G. Maguire, elle est née et est bien connue sous le nom de Nellie J. Banks. Si connue qu'une chanson entraînante a été écrite à son sujet par l'auteur-compositeur-interprète de l'Île-du-Prince-Édouard, Lennie Gallant lui-même !

Lennie Gallant - Les Nellie J. Banks

« Par une nuit d'août, au clair de lune pâle,
Avec les bancs au large de la côte de Short Point ;
Un coup de feu retentit et une voix se mit à crier :
« Hélisez-vous, ou nous tirerons davantage ! »
Et la lumière du matin vit un spectacle terrible,
Alors que le Banks était remorqué ;
Les Nellie J. Banks ne vendront plus de rhum,
Les pêcheurs ne diront plus :

Il y a du rhum dans la cale du Nellie J. Banks,
À destination de l'Île-du-Prince-Édouard;
Tard dans la nuit, quand la lune brille,
Vous pouvez la retrouver à Georgetown.

Aujourd'hui, au bord de la marina, repose une vieille baignoire sur pattes. En voyant la baignoire antique et rouillée, vous n'y penserez peut-être pas, mais elle est en fait accompagnée d'une histoire très spéciale.

J'ai contacté une femme nommée Valerie MacNeill qui a en fait offert à la marina la belle et vieille baignoire. En 2004, Valérie et un de ses amis ont eu la chance de visiter la maison du capitaine Edward Dicks, alors qu'elle était à vendre à Georgetown, à l'Île-du-Prince-Édouard. Il y avait beaucoup d'objets dans la maison qui étaient originaux, l'un d'eux étant la baignoire. Alors que Valérie explorait la vieille maison, elle tomba sur la salle de bain à l'étage. Là se trouvait la belle et vieille baignoire qui résidait dans un petit coin au fond de la pièce et elle attira immédiatement son attention. La vendeuse de la maison lui a expliqué que la baignoire était l'originale que le capitaine lui-même aurait utilisé.

La vendeuse de la maison vendait quelques-uns des articles de la maison et, bien que l'achat de la maison ait échoué, la baignoire a été offerte à Valérie et elle a sauté sur l'occasion. Elle ne savait pas exactement ce qu'elle voulait en faire à l'époque, elle a pensé à l'utiliser dans sa propre maison parce qu'elle avait déjà ajouté une baignoire sur pattes à sa propriété locative en bord de mer au magnifique Maison de plage victorienne Dejavu à Belle River, Île-du-Prince-Édouard. Elle savait qu'elle connaîtrait le bon endroit en temps voulu.

La maison de plage victorienne de Dejavu

Pendant de nombreuses années, il est resté dans son sous-sol, inutilisé, mais elle l'a conservé au cas où c'était quelque chose que son fils voudrait chez lui. Bien qu'il ait trouvé l'histoire très intéressante, ces bacs ne sont pas légers et il n'avait aucune idée de ce qu'il en ferait, alors il a dit à Valérie qu'elle n'avait plus besoin de les conserver car elles prenaient beaucoup de place.

Valérie a réfléchi à ce qu'elle allait faire avec la vieille baignoire car elle voulait qu'elle soit utilisée, elle a pensé à la vendre dans un vide-grenier 10 ans après l'avoir achetée, mais a eu du mal à le faire connaissant l'histoire intéressante de la baignoire. C’est à ce moment-là que l’idée lui est venue à l’esprit. Valérie et son mari, Danny, accostent leur bateau à Nellie's Landing et y vivent l'été. Jen et Cal ont nommé Nellie's Landing en l'honneur de Nellie J. Banks, la connexion était presque trop parfaite ! C’est là que la baignoire avait sa place, c’est en quelque sorte la maison. Valérie tendit la main au couple et leur offrit la baignoire. Ils ne savaient pas ce qu’ils allaient en faire, mais bien sûr, ils ne pouvaient pas laisser passer cette idée !

 

Nellie's Landing a accueilli Harmonies on the Harbour pour le festival des saveurs d'automne en octobre, où ils ont présenté la culture unique de l'île à travers les talents, la nourriture et les boissons locaux. Au menu, ils proposaient une véritable tartinade de homard, d'huîtres, de moules et de bœuf de l'Île, préparés par un chef local. Les invités se sont rendus à pied à chaque station et ont rempli leurs assiettes et leur ventre de plats délicieux et de bières locales. Valérie et Danny ont effectivement assisté au Festival et souriaient jusqu'aux oreilles en voyant ce que le couple avait fait avec la baignoire. La baignoire était remplie de glace et contenait des boissons et des huîtres pour le plaisir de tous. Je ne peux pas lui poser la question moi-même mais j'ai le bon sentiment que le capitaine Edward Dicks aurait définitivement approuvé !